Perte d’autonomie : adapter son domicile

Mieux vaut prévenir que guérir ! La perte d’autonomie est un problème qu’il faut traiter le plus tôt possible. Il vaut mieux prévoir sa perte d’autonomie en aménageant son logement en fonction plutôt que d’attendre l’accident pour le faire. Il est toujours préférable de rester dans son logement pour vieillir donc il faut aménager son logement dès que possible. En général, pour adapter son logement à la perte d’autonomie, on commence par aménager la salle de bain et la cuisine. Pour la salle de bain, il est préférable d’avoir une douche à l’italienne. On y installe ensuite des barres d’appui et des tapis antidérapants pour éviter les chutes, puis éventuellement un siège de douche. La cuisine est logiquement la pièce à aménager dans la foulée c’est un lieu potentiellement dangereux. Vous risquez notamment de vous brûler ou de vous couper. Pour éviter ces risques, on installe en général des plaques chauffantes avec un dispositif de sécurité, des prises de courant localisées intelligemment. Il faut rendre les placards bien accessibles, et sinon en installer. Ensuite il faut sécuriser les accès (en installant des éclairages lumineux, en évitant les câbles par terre, en installant un monte-escalier pour aménager les escaliers…). Ce sont les chantiers à prioriser car les accidents au domicile chez les personnes âgées se déroulent le plus souvent dans la salle de bain, la cuisine, et les escaliers.

Le problème des escaliers chez les personnes âgées

Les escaliers dans un domicile présentent un problème chez les personnes âgées qui sont en situation de perte d’autonomie. En effet, c’est un endroit dangereux qu’il faut aménager le plus tôt possible pour éviter les chutes. La configuration de vos escaliers importe peu, et cela même si vous êtes en situation de mobilité réduite car il existe tout un tas de monte-escaliers qui s’adapteront à vos escaliers (notamment les fauteuils monte-escaliers et les monte-escaliers tournants). Qu’il y ait des virages, ou des courbes dans vos escaliers, le monte-escalier saura s’adapter pour vous offrir un meilleur confort de vie.

La conception du monte-escaliers est plus difficile et donc plus longue lorsqu’il s’agit d’aménager des escaliers tournants. Il faut d’abord faire intervenir des professionnels pour qu’ils étudient la configuration de vos escaliers et prennent des mesures précises qui seront nécessaires à la pose de votre monte-escaliers tournant. En fonction de la configuration de vos escaliers et des déductions faites par les professionnels vous devrez :

  • Soit installer un monte-escaliers monorail si vos escaliers ne présentent pas trop de complexité (virages, courbes, paliers, etc.)
  • Ou bien installer un monte-escaliers à double rail qui vous permettra notamment de gagner de la place, de desservir plusieurs étages de votre maison, ou encore d’une course fluide et confortable.

Les escaliers présentent donc un problème qui n’est pas négligeable lorsque l’on vieillit, c’est pour cela qu’il faut les aménager le plus tôt possible pour ainsi éviter les risques de chute. Il existe un grand nombre d’aménagements (barres d’appui, ascenseur, monte-escaliers), mais le monte-escaliers reste la solution la moins onéreuse tout en étant très efficace.

La chambre à coucher, une autre pièce à sécuriser

La chambre à coucher est souvent une pièce qui est négligée chez les personnes qui souhaitent adapter leur logement à leur perte d’autonomie. Il y a bien sûr des pièces dont l’aménagement est prioritaire car il est impossible ou en tout cas très difficile d’aménager le logement entier en une seule fois. Non seulement à cause des coûts que cela engendre (il est logiquement préférable d’étaler ces coûts sur plusieurs années) mais aussi à cause de la durée des travaux… Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut négliger la chambre à coucher.

Naturellement, le lit est la première chose à aménager lorsque vous vous attaquez à l’aménagement de la chambre à coucher. C’est un choix crucial. Il faut que le lit ait une bonne hauteur (ni trop haut ni trop bas) et que le matelas soit ferme. Ainsi, la personne pourra se mettre en position debout sans trop d’effort. Avec un matelas trop mou, la personne pourrait s’enfoncer et aurait donc du mal à se lever. Pour les personnes à mobilité réduite, il est préférable d’opter pour un lit réglable. Une barre de maintien à côté du lit est aussi à envisager. Elle vous permettra de vous lever et de vous allonger plus facilement.

Ensuite, équipez-vous, si ce n’est pas déjà le cas, d’une table de nuit suffisamment grande et à bonne hauteur pour que vous puissiez avoir à portée de main des objets essentiels tels que les médicaments, l’eau, les appareils auditifs, le téléphone… L’éclairage est un autre élément important à prendre en compte. Il existe notamment des éclairages qui disposent d’un détecteur de mouvement. Ainsi, la lumière s’allume et s’éteint automatiquement lorsque vous rentrez et sortez de la pièce.

-->