Se constituer un patrimoine pour la retraite

Se constituer un patrimoine afin de préparer sa retraite, de nombreuses personnes y songent. Mais comment faire ? Il existe différents leviers permettant d’épargner, d’investir et donc d’anticiper l’avenir.

Qu’il s’agisse de placements bancaires, de placements immobiliers ou de placements financiers, on vous présente dans la suite de cet article les meilleures façons de se constituer un matelas avant la retraite, sans prendre trop de risques.

Comment se constituer un patrimoine pour préparer sa retraite?

​​Il existe différentes façons de se constituer un patrimoine avant de partir en retrait, dont :

  • La transmission et l’héritage
  • L’épargne
  • L’endettement

L’épargne et l’endettement sont essentiels, notamment si vous envisagez de réaliser un investissement professionnel ou un investissement immobilier. Ces deux facteurs peuvent également jouer un rôle si vous envisagez de réaliser un investissement financier.

Bien gérer son patrimoine revient à combiner ces différents facteurs en fonction de votre situation financière et des objectifs que vous vous êtes fixés. Cela passe également par des choix judicieux afin de bien épargner, obtenir un bon crédit et bien investir.

  1. L’investissement immobilier pour préparer la retraite

Réaliser un placement financier n’est pas la seule façon de bien préparer sa retraite. L’investissement immobilier est l’une des quelques autres méthodes permettant d’anticiper. Cela permet, in fine, de toucher un revenu complémentaire.

Il existe plusieurs méthodes d’investissement :

  • La LMNP (Location meublée non professionnelle)
  • La SCI Viagénérations (Société civile immobilière)
  • La SCPI (Société civile de placement immobilier)

La LMNP – Location meublée non professionnelle

La location meublée non professionnelle est un statut permettant d’investir dans l’immobilier et de bénéficier de certains avantages fiscaux, sur une période donnée, grâce au principe d’amortissement. Ce statut, qui va de paire avec le dispositif Censi Bouvard, est l’idéal pour les investisseurs à long terme.

La SCI Viagénérations 

La Société civile immobilière viagénérations permet d’investir dans le bien immobilier d’un senior tout en lui permettant de rester y vivre. Une méthode d’investissement innovante, à forte croissance (+6.81% en 2020), qui présente un niveau de risque équilibré (3 sur 7).

Les SCPI

La SCPI permet de générer un revenu complémentaire, sans avoir quoique ce soit à gérer. En échange de frais, la société de gestion détenant la SCPI gère tout pour voir. Une méthode d’investissement accessible à tous les investisseurs. Les parts d’une SCPI, notamment dans les résidences avec services de Cogedim, sont généralement abordables.

  1. Le plan épargne retraite (PER)

Créé en 2019, par la loi Pacte, le PER (Plan Épargne Retraite) facilite la préparation de sa retraite. Il s’agit d’un plan d’investissement ouvert à tous, tout au long de la carrière. L’épargne est bloquée jusqu’au départ à la retraite. Elle peut toutefois se rendre disponible dans certains cas précis :

  • Perte d’autonomie (maladie, accident, accident du travail)
  • Décès du conjoint 
  • Surendettement et chômage de longue durée
  • Achat de sa résidence principale

Les versements réalisés dans le PER sont déductibles des revenus imposables (à condition qu’ils ne dépassent pas les 10% des revenus annuels). Au jour de votre retraite, vous pourrez ensuite choisir de toucher la totalité de votre cagnotte ou de privilégier une sortie sous forme de rente mensuelle.

Enfin, l’un des avantages du PER est qu’il permet d’adapter son placement en fonction de son profil. Si vous ouvrez un Plan Épargne Retraite à 30 ans, vous aurez la possibilité d’investir sur des supports risqués, à plus fort rendement, afin de vous constituer un PER plus conséquent.

En revanche, si vous l’ouvrez à 55 ans, vous ne serez qu’à quelques années de votre retraite. On vous conseillera donc d’investir de manière plus raisonnée et sécurisée, afin de ne pas tout perdre.

  1. L’assurance vie

Le contrat d’assurance-vie est un dispositif aux multiples avantages, qui permet de bien préparer sa retraite. Véritable « couteau suisse de l’épargne », l’assurance vie permet de se créer un patrimoine et de le diversifier via différents supports financiers d’investissement (fonds euros, unités de compte, ETF, SCPI…).

L’investisseur bénéficie, en outre, de réductions d’impôts et de certains avantages fiscaux, notamment au moment du décès, lors de la transmission de capital vers le tiers désigné en amont. La transmission du capital est réalisée hors succession. L’abattement des droits de succession peut ainsi atteindre les 152.000 euros, par bénéficiaire !

Ouvert, le capital est disponible à n’importe quel moment, sans justification (contrairement au PER). Ainsi, en cas de difficultés financières vous pourrez facilement et rapidement toucher vos liquidités. Enfin, si vous souhaitez diversifier votre épargne, vos investissements, vous pouvez souscrire à plusieurs contrats d’assurance-vie.

Combien ça coûte un patrimoine? Zoom sur la fiscalité

Il faut faire la distinction entre l’impôt sur les revenus liés à l’épargne et au patrimoine, qui constituent une catégorie de l’impôt sur le revenu annuel à l’impôt sur le patrimoine seul. Il en existe d’ailleurs deux sortes.

Les impôts sur la détention d’un patrimoine

On parle ici d’impôts tels que la taxe foncière. Le montant de cet impôt est déterminé par les collectivités territoriales. Il est calculé sur la base d’un loyer théorique qu’un propriétaire pourrait toucher s’il venait à louer son bien immobilier.

L’Impôt sur la Fortune immobilière (IFI) vise à taxer les résidents fiscaux sur l’ensemble de leurs biens immobiliers ainsi que les non-résidents fiscaux sur leurs biens immobiliers en France, seulement si le montant de ces biens dépasse 1.300.000 euros, avec un abattement de 30 % pour la résidence principale. Les taux de prélèvements varient entre 0,5 % et 1,5 % pour un patrimoine supérieur à 800 000 €.

Bon à savoir

En moyenne, la taxe foncière en France s’élève à 827 euros par an et par habitation.

Les impôts sur la transmission du capital ou un changement de propriétaire

On parle ici de la taxation de la plus-value réalisée sur les droits d’enregistrement, les droits de succession ou les donations. Il existe plusieurs types de taxes :

  • Les droits de mutation sur les ventes de biens immobiliers : ces droits constituent la plus grosse partie des droits d’enregistrement. On parle également de frais de notaire. Ces droits sont assez importants, notamment sur l’achat de logements anciens.
  • Les droits de mutation sur les successions et les donations : la valeur de cette taxe dépend de la valeur du bien transmis ainsi que du degré de parenté entre les acteurs. Leur taux varie de 0 et 60 %. Cette taxe sur la transmission peut être contournée par les donations de son vivant à un enfant. Les donations du vivant sont exonérées d’impôts si elles ne dépassent pas les 100.000 euros par donateur et par enfant. Une donation du vivant peut être réalisée une fois tous les 15 ans.