Entrée en EHPAD : une mutuelle santé est-elle nécessaire ?

Lorsqu’on constate qu’une personne âgée n’a plus la capacité physique ou mentale
d’exercer les gestes courants de sa vie quotidienne, il est important d’envisager son entrée en EHPAD.
Avant toute chose, assurez-vous que les ressources de la personne âgée permettront de faire face aux frais de séjour. Et si ce n’est pas le cas, qu’elle soit
suffisamment couvertes par sa mutuelle et que les démarches soit faite pour demander des aides à l’État.

1.Une maison de retraite, combien ça coûte ?

Les prix des maisons de retraite sont constitués par les frais d’hébergement, les frais de soins médicaux et les frais dépendant du niveau de dépendance de la personne.

En ce qui concerne l’hébergement, le calcul des frais prend en compte la fourniture du logement, les repas et la fourniture du linge nécessaire. Le tarif doit figurer dans le contrat que doit signer la personne âgée pour pouvoir entrer dans l’établissement. En France, le montant moyen des frais d’hébergement s’élève à 45 € par jour, soit un peu plus de 1370 € par mois.

Ils varient en fonction des prestations offertes et de la localisation de la maison de retraite. Par ailleurs, si la personne âgée demande des prestations non prévues par le contrat, ces prestations font souvent l’objet d’une facturation supplémentaire. Ainsi, si la personne demande par exemple qu’on lui fournisse du savon ou du dentifrice, ces produits seront souvent facturés. Il en est de même en ce qui concerne d’éventuelles sorties ou les repas pris par les personnes qu’elle invite.

Il convient également d’ajouter les frais de soins médicaux et paramédicaux non-
remboursés. Enfin, il faut tenir compte des frais de dépendance. Ces frais sont fixés en fonction du niveau de dépendance de la personne âgée. Ils sont partiellement pris en charge par le conseil départemental, mais un ticket modérateur égal au tarif qui correspond au niveau de dépendance plus faible est à la charge du résident.

En province, le montant total des frais de séjour dans une maison de retraite varie entre 1500 € et 1800 € par mois. En Île-de-France, la facture mensuelle varie entre 2700 € et 4500 €.

2.Quels sont les soins remboursés ?

En principe, la Sécurité sociale prend entièrement en charge les frais médicaux devant être acquittés par une personne âgée hébergée dans une maison de retraite. Ces frais s’élèvent en moyenne à 24 € par jour. Ils incluent les visites d’un médecin généraliste, la fourniture de médicaments ainsi que les soins réalisés par les infirmières ou les aide-soignantes et les soins palliatifs pour les personnes âgées qui sont en fin de vie.

3.Quels sont les soins non-remboursés ?

L’assurance maladie obligatoire ne prend pas intégralement en charge les soins réalisés à l’extérieur de la maison de retraite. Ainsi, si la personne âgée souhaite faire réaliser des examens radiologiques ou consulter un spécialiste, une partie des frais restera à sa charge.

4.Vaut-il mieux changer de mutuelle ?

Avant d’entrer dans une maison de retraite, il est indispensable de relire avec soin son contrat d’assurance complémentaire santé pour vérifier si cette assurance remboursera suffisamment les soins non pris en charge par la sécurité sociale. Il faut examiner notamment les remboursements proposés pour les examens médicaux qui devront être réalisés à l’extérieur de la maison de retraite ainsi que pour les consultations des spécialistes autorisés à pratiquer des dépassements d’honoraires.
S’il apparaît que les remboursements proposés par la mutuelle qu’une personne âgée a souscrite risquent d’être insuffisants, il est alors vivement conseillé de prendre connaissance des offres proposées par les autres mutuelles. Cette démarche s’impose, car de nombreuses mutuelles proposent des prises en charge spécifiques pour les personnes très âgées. Il est donc judicieux de bien comparer leurs prestations avant de faire son choix.

5.Quels sont les aides disponibles pour les personnes âgées
entrant en EHPAD ?

Il existe plusieurs aides pour payer les frais de séjour en EHPAD.

En premier lieu, la personne peut demander une allocation personnalisée d’autonomie qui permet de couvrir partiellement les frais liés à sa dépendance. Cette allocation est versée aux personnes ayant plus de 60 ans et résidant en France. Il faut aussi que la personne ait un niveau de dépendance inclus entre les niveaux 1 et 4 de la grille GIR. Le niveau 1 concerne les personnes dont les facultés sont les plus atteintes et qui ont besoin d’une aide
permanente. Le niveau 4 concerne les personnes qui ont besoin d’aide pour faire leur toilette, pour s’habiller et pour se lever, mais qui peuvent se déplacer seules.

Le montant des aides versées varie en fonction du niveau d’autonomie de la personne âgée, des frais demandés par son EHPAD, et de ses ressources.
Par ailleurs, les frais d’hébergement peuvent être partiellement couverts par une aide personnalisée au logement, par une allocation de logement social ou par une aide sociale à l’hébergement versée par le conseil général. Toutefois, pour que l’aide sociale à l’hébergement soit versée, il faut que les personnes tenues de verser des aliments à la personne âgée se soient acquittées de leurs obligations.
Enfin, si la personne âgée a souscrit une assurance dépendance, elle profite des aides versées en vertu de cette assurance.

L’entrée en EHPAD d’un proche est un moment de vie particulièrement compliqué, aussi bien émotionnellement qu’économiquement. Il est pourtant important de prendre le temps de réfléchir à son financement, et de chercher toutes les aides disponibles pour pouvoir l’envisager plus sereinement.