photo de trois chiots qui regardent l'objectif

Lutter contre la perte d’autonomie de la personne âgée grâce à la médiation

La perte d’autonomie chez la personne âgée peut rapidement engendrer une dépendance partielle ou totale dans les actes de la vie quotidienne. Selon L’INSEE, l’âge moyen d’entrée en dépendance est de 83 ans pour les femmes et de 78 ans pour les hommes. La durée de vie augmente, et avec elle le nombre de personnes âgées dépendantes s’accroit. Certaines études montrent que 25% des séniors seront un jour ou l’autre confrontés à la dépendance. 40% des personnes âgées dépendantes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer et autres maladies apparentées. Avant la dépendance, la personne âgée, sa famille et les professionnels qui l’entourent peuvent lutter contre la perte d’autonomie grâce à la médiation animale et les autres types de médiation.

Qu’est-ce la médiation ?

La médiation est une approche avec un « support » de médiation avec lequel nous travaillons certains objectifs pour maintenir l’autonomie de la personne.

La médiation par l’animal de compagnie : la zoothérapie

Si la personne âgée a un chien de compagnie ou un chat habitué à sortir en laisse, proposez-lui de promener cet animal, ce qui favorisa l’équilibre, le maintien d’une bonne posture et la motricité globale qui est l’ensemble des fonctions qui permettent le contrôle des mouvements. N’oublions pas que la marche favorise une bonne circulation sanguine. Les obstacles rencontrés durant la promenade permettent de faire de l’exercice de manière naturelle et sans avoir l’impression de forcer. De plus les promenades régulières lutteront également contre l’isolement dont certaines personnes âgées peuvent souffrir.

Si l’animal est habitué à être brossé, proposez régulièrement une activité de soin autour de l’animal. Car le fait de brosser l’animal, de prendre la brosse dans la main, fait travailler les muscles des mains de façon générale ce qui est important dans beaucoup d’activités de la vie quotidienne.

Nous pouvons également proposer un atelier cuisine autour de l’animal, demander à la personne âgée de préparer une ration ménagère pour l’animal et/ou la confection de biscuit pour lui. Cette activité permet de travailler la mémoire, les sens et la motricité fine. La motricité fine concerne les mouvements précis qui sollicitent les petits muscles et notamment ceux de la main et des doigts. La cuisine est un bon moyen aussi pour travailler la préhension.

Si des troubles de mémoires apparaissent sur un calendrier, nous pouvons faire un planning des tâches à faire autour de l’animal présent. Ce qui permettra aussi un repère dans le temps et l’espace. Des exercices de mémoires peuvent aussi être faits autour de l’animal familier.

N’oublions pas que nos amis les animaux ont des bienfaits sur notre santé comme le ronronnement du chat qui baisse la tension artérielle. Les animaux aiment en général bouger et jouer, et nous obligent à bouger aussi, ce qui est bon pour notre santé et permet d’oublier l’ennui.

La médiation par le jardinage : l’hortithérapie

Il existe une autre approche pour les personnes qui sont allergiques ou qui n’ont pas d’affinités avec les animaux, la médiation à travers les plantes et le jardinage.

Le jardinage est un bon moment aussi pour lutter contre la perte d’autonomie. Planter, cultiver et prendre soin des plantes sont autant d’activités bénéfiques pour la santé. N’oublions pas qu’il existe des jardins miniatures pour les personnes âgées qui n’ont pas de jardin ou pas accès à cet espace. On pense notamment à la création de mini-jardins dans des bocaux par exemple.

Pour les personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer à un stade avancé, les poupées d’empathie peuvent aider à maintenir l’autonomie. Le fait d’habiller la poupée, la coiffer et tous les gestes que la personne âgée fait peuvent être refaits sur elle-même par effet miroir. La poupée peut-être aussi un moyen d’expliquer un soin avant sa réalisation. Elle n’a aucun but d’infantiliser la personne mais de l’aider et de l’accompagner dans la maladie.

Tous ces moyens de médiation sont des techniques alternatives qui peuvent être proposées aux personnes âgées, sans oublier les techniques traditionnelles. Elles ne sont pas là pour guérir mais pour retarder les effets du vieillissement et/ou de la maladie, et donc lutter contre la perte d’autonomie. On peut également préconiser l’art-thérapie, ou d’autres formes d’exercices pour favoriser le maintien de l’autonomie.

En savoir plus sur l’auteur, Florian Martellino

Martellino Florian est intervenant professionnel en médiation thérapeutique et éducative. Il dirige l’entreprise « Un animal égal un sourire » et est l’auteur du livre « Quand l’amour et la tendresse volent de portes en portes – Les médiations pour tous » (édition Bookelis). Titulaire des diplômes d’état d’aide-soignant, d’aide médico-psychologique et de moniteur-éducateur, il a aussi suivi les formations professionnelles d’assistant de soins en gérontologie et de médiation animale et d’hortithérapie.

Inscrivez-vous pour recevoir nos prochains articles
Placeholder Placeholder