Comment combiner retraite et conduite en toute sécurité ?

Conduire demande d’excellents réflexes, mais aussi de bonnes capacités physiques et cognitives. La sécurité de tous est en effet à charge de chacun des conducteurs quand on se retrouve sur les routes. C’est pourquoi le thème de la conduite chez les plus de 60 ans revient assez souvent en haut de la liste. L’exercice de la conduite chez les seniors est-il vraiment dangereux ? Comment bien se préparer et s’adapter pour rester indépendant en conduite le plus longtemps possible ? Lisez cet article pour en savoir plus.

Faut-il continuer à conduire après un certain âge ?

Plusieurs débats entourent la conduite des plus âgés et les avis se contredisent. Certains ont émis l’idée de signaler les conducteurs seniors au même titre que les débutants, à l’aide d’un grand « S » collé à l’arrière du véhicule. D’autres désirent mettre en place le passage d’un test d’aptitude après un certain âge. Il paraît assez difficile de se mettre d’accord sur un tel sujet et d’en évaluer les dangers pour les autres conducteurs, mais surtout pour les personnes âgées elles-mêmes. En effet, étant plus fragiles de par leur âge, le taux de mortalité lors d’accident est bien plus élevé.

En réponse à ces doutes et pour éviter l’achat d’une plaque pour mettre sur une tombe, un grand nombre de pays d’Europe a mis en place des procédures visant à régulariser l’accès à la conduite des plus âgés. Par exemple, aux Pays-Bas, toute personne de plus de 75 ans est dans l’obligation de passer un examen médical tous les cinq pour être autorisé à conduire. En Italie et au Portugal, ces contrôles sont obligatoires dès 50 ans. La France reste un des pays d’Europe à ne pas contrôler l’état de santé des seniors en ce qui concerne le permis de conduire, de même que l’Allemagne, la Belgique et la Pologne. En ce qui concerne le Royaume-Uni, une déclaration sur l’honneur est demandée au conducteur tous les trois ans, où celui-ci précise qu’il se sent apte à conduire. Des législations qui diffèrent donc grandement d’un pays à l’autre, comme on peut le voir.

Que dit la loi en France ?

En 2019, une proposition de loi s’est formulée visant à mettre en place la délivrance d’un certificat tous les cinq ans aux personnes âgées de plus de 70 ans. Celui-ci serait émis à la suite d’ une visite médicale de contrôle de la conduite. Cette idée a été exclue et le gouvernement s’est exprimé en faveur d’une non-limitation du permis de conduire pour les seniors. Alors, à quoi faut-il faire attention en France, en tant que retraité qui désire conduire ?

 

Plusieurs normes réglementaires entrent en vigueur en ce qui concerne l’inhabilité à la conduite de personnes atteintes de pathologies médicales empêchant la conduite. Dans ce sens, toute personne qui enregistre une maladie faisant partie d’une liste prédéfinie est dans l’obligation d’assister à un contrôle médical périodique. De plus, en tant que conducteur, vous devez déclarer cet état de santé sous peine, lors d’un accident, que votre responsabilité personnelle soit engagée. L’article R. 221 – 14 vient compléter ces mesures. Ce dernier donne la possibilité aux proches de la personne âgée d’émettre un signalement auprès du préfet lorsqu’ils jugent le senior peu apte à la conduite. Le préfet est alors en droit d’imposer un contrôle médical pour vérifier les dires et prendre les mesures nécessaires.

Enfin, une campagne de sensibilisation mise en place par le Comité interministériel de la sécurité routière veut sensibiliser la communauté médicale à évoquer le sujet avec leurs patients. L’objectif ciblé par ce comité est d’inciter les seniors à prendre conscience de leurs limites, quand c’est le cas, et de participer aux stages spécifiques pour améliorer leurs connaissances sur le Code de la route.

Des statistiques favorables à la conduite des seniors

Les décisions de l’État de ne pas imposer de contrôle obligatoire se basent sur les résultats de tests statistiques qui montrent que l’âge ne rime pas forcément avec une inaptitude à la conduite. Conduire signifie autonomie et indépendance pour beaucoup de personnes âgées et la population générale dans le monde. En 2019, huit millions de conducteurs avaient plus de 65 ans, ce qui correspond à un automobiliste sur cinq.

De plus, statistiquement parlant, les personnes âgées causent moins d’accidents que les plus jeunes. Ainsi, l’âge ne ferait pas partie des critères logiques à prendre en compte pour l’évaluation d’une conduite dangereuse. Il s’agirait surtout de vérifier les capacités physiques et cognitives des conducteurs, et ce, quel que soit l’âge de ceux-ci. Certaines personnes voient ainsi le contrôle médical obligatoire comme une discrimination, la majorité des seniors de 70 ans étant en pleine possession de leurs moyens et aptes à la conduite.

Comment bien se préparer à la conduite et améliorer sa sécurité ?

Effectuer des contrôles médicaux

Même s’ils ne sont pas obligatoires, il est important d’effectuer des visites médicales régulières. Votre médecin testera ainsi votre audition, votre capacité visuelle, etc. Il n’est pas toujours aisé de se rendre compte soi-même de l’état de nos capacités. N’hésitez pas à demander l’aide de votre médecin pour vous en assurer et à lui poser toutes vos questions.

Les stages de préventions à la conduite pour les seniors

Certaines associations ou institutions réalisent des cours de remise à niveau dédiés spécifiquement aux personnes âgées. Ceci vous aide à vous actualiser sur les critères de conduite, sur le Code de la route et sur les changements constants de la législation routière. Le groupe OSCAR organise également des ateliers pour aider les seniors vers une conduite sécuritaire.

L’importance des entraînements cognitifs

C’est dans ce cas précis que les jeux vidéo et les nouvelles technologies sont utiles. Beaucoup de jeux ont été créés dans le but d’améliorer les fonctions cognitives et certains se spécialisent dans la restauration des compétences des conducteurs seniors. Essayez donc. 

Des associations se sont également développées autour de ce thème pour apporter un soutien et une aide aux retraités qui veulent continuer à conduire en toute sécurité. L’association Brain up, par exemple, propose un programme de stimulation des fonctions cognitives et de sensibilisation au volant. Elle s’axe principalement sur le développement des capacités de conduite. Certains groupes mettent également à partie les seniors dans l’apprentissage des plus jeunes. C’est le cas dans le Finistère où les retraités participent au passage du permis des jeunes conducteurs.

Les systèmes d’assistance à la conduite

Certains systèmes ont été mis en place pour appuyer la conduite des plus âgés et sont déjà présents dans bon nombre de modèles de voitures. Choisissez ainsi votre véhicule selon vos besoins et les aides que vous savez nécessaires. Ceux-ci sont en général des systèmes électroniques, en voici quelques-uns : 

  • l’aide au freinage d’urgence,
  • l’aide au maintien dans la voie,
  • l’assistant de vitesse intelligent,
  • le régulateur de vitesse,
  • l’assistant de changement de voie,
  • l’assistant d’éclairage,
  • le détecteur de fatigue,
  • l’assistant de reconnaissance de la signalisation,
  • l’assistant de vision nocturne,
  • l’aide au stationnement.

Écoutez vos proches

Pour prévenir tout accident, il est important de rester attentif aux conseils et remarques de vos proches sur votre conduite. C’est souvent votre entourage qui constate que quelque chose ne va pas. Même si ceci peut être difficile et délicat à échanger, écoutez leurs observations et tenez-en compte pour adapter votre conduite. Ceci peut aussi vous amener à prendre conscience qu’une remise à niveau ne serait pas de trop ou encore qu’une visite de contrôle serait nécessaire. N’oubliez pas que votre sécurité passe en premier.

-->