Comprendre l’assurance prévoyance invalidité

Les aléas de la vie peuvent réserver de mauvaises surprises (maladies, accidents, perte d’activité professionnelle…), et elles sont en général accompagnées d’un coût important. Il existe plusieurs types d’assurances prévoyance qui permettent d’anticiper ces coûts afin de vous sécuriser financièrement :

  • L’assurance dépendance : elle permet de prévenir la perte d’autonomie. Après avoir reconnu la dépendance de l’assuré, elle peut couvrir les frais de soins, de services ou bien les frais d’hébergement en maison de retraite et offre en général en plus de cela, un service d’assistance. L’assuré perçoit les aides financières sous forme de rente mensuelle ou de capital.
  • L’assurance retraite : elle complète l’assurance vieillesse obligatoire et offre à l’assuré une pension de retraite plus confortable (il cotise mensuellement).
  • L’assurance incapacité et invalidité : dans le cas d’une perte d’activité professionnelle par exemple, elle couvre une partie des revenus de l’assuré.
  • L’assurance maladie, maternité, décès : elle permet notamment, lors du décès de l’assuré, de verser un capital-décès aux ayants droit.
  • L’assurance chômage : elle propose un complément aux indemnités chômage déjà perçues.

À quoi sert une formule de prévoyance ?

Les contrats d’assurance prévoyance d’assureurs comme Eovi-Mcd permettent d’avoir une sécurité financière supplémentaire car les aides de l’État sont en général insuffisantes. Elle vient donc compléter les assurances obligatoires et permet d’anticiper financièrement les problèmes que l’on risque d’avoir dans la vie. Elle peut être contractée par une entreprise ou bien être envisagée en tant que particulier auprès d’une compagnie d’assurance. Dans les deux cas, il faut cotiser mensuellement, les cotisations étant variables selon votre situation personnelle.

L’assurance prévoyance invalidité : comment ça marche ?

Les formules prévoyance offrent la possibilité de prévoir un versement indemnitaire ou bien forfaitaire. Le niveau des franchises et la durée des indemnisations varient selon le contrat. Il faut donc vérifier et examiner toutes ces informations avant de choisir son contrat d’assurance prévoyance.

Dans le cas d’une assurance prévoyance dépendance, c’est l’assuré qui définit le montant de la rente lors de la souscription du contrat. Le montant de la rente varie entre 300€ et 4000€ par mois pour un état de dépendance totale. Naturellement, plus la rente est élevée et plus l’assuré souscrit à un âge avancé, plus les cotisations sont élevées. À titre d’exemple, si l’assuré choisit une rente de 500€ par mois pour couvrir une dépendance totale, ses cotisations seront environ de 250€ par mois en souscrivant à 60 ans, 310€ en souscrivant à 65 ans et plus de 400€ en souscrivant à 70 ans.

Ensuite, les aides ne prennent effet qu’une fois que l’état de perte d’autonomie est reconnu par l’assurance. Pour cela, le médecin traitant de l’assuré ou le médecin désigné par l’assurance doit constater l’état de perte d’autonomie. C’est à ce moment là que l’assuré cesse de cotiser. Il faut savoir que les cotisations ne sont pas récupérables et que l’assuré n’est plus couvert s’il cesse de cotiser avant d’être reconnu en état de dépendance.

Dans le cas d’une invalidité reconnue qui empêche l’assuré d’exercer une activité professionnelle de façon définitive, la rente obtenue correspond à un pourcentage du dernier revenu perçu et varie en fonction de la catégorie d’invalidité reconnue par l’assurance. On distingue 3 catégories d’invalidité différentes. Dans la première, l’assuré est capable d’exercer une activité professionnelle, mais cette activité est différente de celle exercée auparavant. Dans la deuxième, l’assuré est tout simplement incapable d’exercer une activité professionnelle. Et enfin, dans la dernière catégorie, en plus d’être incapable d’exercer une activité professionnelle, l’assuré est contraint d’avoir recours à une aide à domicile pour exécuter les tâches de la vie quotidienne (se laver, manger, etc). Cela implique aussi souvent d’engager des travaux afin d’adapter son domicile pour favoriser le maintien chez soi. Tous les ans, le montant de la rente est revalorisé par la mutuelle en fonction des différents coûts de l’assuré liés à sa baisse d’autonomie.

Quid de la sécurité sociale ?

Lorsqu’une personne est en situation d’invalidité, la sécurité sociale peut intervenir pour compenser la perte des revenus liés à son invalidité. Le montant des pensions d’invalidité versée par la sécurité sociale est défini selon la catégorie d’invalidité dans laquelle se trouve la personne concernée :

  • Dans une situation d’invalidité de catégorie 1, le montant des prestations est de 30 % du salaire moyen.
  • Dans une situation d’invalidité de catégorie 2, il est de 50 % du salaire moyen.
  • Dans une situation d’invalidité de catégorie 3, la pension de catégorie 2 est majorée de 40 %.

En complément de ces prestations, la sécurité sociale peut aussi verser à la personne concernée une allocation supplémentaire d’invalidité (ASI) si elle n’a pas de ressources suffisantes. Pour une personne seule, l’ASI peut s’élever à 409,43€ par mois maximum et peut atteindre 675,62€ pour un couple.