Appareil auditif gratuit: comment faire pour s’appareiller gratuitement?

Avant de porter un appareil auditif, une personne malentendante doit passer un test auditif. Il s’agit d’un examen au cours duquel une batterie d’analyses et de tests est effectué afin de déterminer le problème, sa cause et surtout, la façon d’y remédier. Dans certains cas, la personne aura besoin d’être équipée d’une prothèse auditive. Dans la suite de cet article, on vous présente les différentes méthodes pour s’appareiller gratuitement.

Un peu de contexte: la réforme 100% santé

La réforme 100% santé actuellement en vigueur apporte son lot de modifications. Les patients atteints de surdité légère ou profonde souhaitant s’équiper à l’aide d’un appareil auditif ont vu leur situation être mieux définie.

1. Classification des appareils auditifs

La réforme 100% Santé a comme premier impact, la classification des appareils auditifs en 2 catégories distinctes. On a :

Les aides auditives de classe 1 : ces appareils auditifs sont d’entrée de gamme. Particulièrement efficaces, ces aides auditives répondent aux principaux besoins des personnes amenées à les porter.
Les aides auditives de classe 2 : ces appareils auditifs sont de gamme supérieure. Plus poussés, ils sont également plus personnalisés.

2. Meilleure prise en charge

Le second impact de la réforme 100% Santé concerne la prise en charge, qui a été optimisée. Depuis le vote de cette loi, le remboursement des appareils auditifs est mieux pris en charge, que l’on parle de prothèses de classe 1 ou de classe 2.

Les remboursements opérés par la Sécurité sociale passent à 400 euros par oreille, soit 800 euros si une personne a besoin de deux prothèses. Dans certains cas, les appareils de classe 1 sont même accessibles, sans reste à charge pour le patient et ce, grâce aux financements combinés de la Sécurité sociale et des complémentaires sociales.

3. Essai gratuit et garantie

La réforme 100% Santé offre aux patients devant porter une aide auditive, de l’essayer gratuitement et sans engagement, sur une période de 30 jours. L’appareillage acté, ce dernier est garanti contre la moindre panne sur une période de 4 ans.

4. Suivi

Le suivi de qualité et de performance de l’appareil auditif est inclus dans la facture. Il est fortement recommandé d’effectuer des rendez-vous de suivi 3, 6, 9 et 12 mois après l’appareillage. Une fois cette période d’un an passée, la réforme 100% Santé préconise un check-up tous les 6 mois.

La complémentaire Santé solidaire: de quoi s’agit-il?

Le dispositif « Complémentaires santé solidaire » permet d’avoir une prise en charge complète de ses prothèses auditives. En effet, les audioprothésistes sont obligés de proposer aux bénéficiaires de ce dispositif, un appareillage dont le prix total ne dépasse pas les 800 euros.

Cet appareil doit répondre aux critères de qualité imposés et s’aligner sur les spécificités techniques des appareils auditifs de classe 1 et de classe 2. Attention cependant. Dans le cas où vous souhaitez être appareillé avec une prothèse auditive dont le prix dépasse les 800 euros, la complémentaire Santé solidaire ne couvre pas les frais supplémentaires. Vous devrez donc régler la différence. Sur un appareil de 1.000 euros, cela représente une dépense finale de 200 euros.

Comment choisir son appareil auditif gratuit?

Choisir un appareil auditif gratuit passe par les bons conseils de l’audioprothésiste chargé de son dossier. S’il est un professionnel de santé, l’audioprothésiste est également un commerçant dont l’objectif est de vous accompagner en vous aidant à sélectionner un modèle de prothèse auditive pertinent. Cet appareil auditif doit :

  • Régler le problème d’audition
  • Correspondre au mode de vie du patient
  • Répondre à ses goûts (taille, forme, couleur)
  • Être en phase avec son budget

Dans tous les cas, les appareils du panier 100% Santé sont identiques. Ils doivent disposer d’un réducteur de bruit, d’un système anti-larsen, de 12 canaux de réglages (dont 3 sont obligatoires) ainsi que de deux programmes différents (environnement calme et bruyant).

Pour sélectionner l’appareil auditif, un échange doit avoir lieu entre les différents partis. L’audioprothésiste écoute et propose un produit final, tout en vous informant sur les caractéristiques, les possibilités et les limites de l’appareil auditif qu’il envisage de vous proposer. Mais comment choisir son audioprothésiste ?

1. Norme AFNOR

L’AFNOR (Association française de normalisation) délivre une certification, la «NF Service Audioprothésiste». Il s’agit d’une certification obligeant les professionnels à respecter certains critères, que ce soit en termes d’installation, de matériel à disposition, de processus d’examen ou d’essai d’appareil. Un gage de qualité qui peut vous aider à déterminer quel audioprothésiste pourrait s’occuper de votre cas. La liste des audioprothésistes certifiés se trouve sur ce lien.

2. Faire le choix entre les audioprothésistes indépendants ou de réseau

Vous retrouverez deux types d’audioprothésistes : les indépendants et les audioprothésistes de réseau. Les seconds sont soit des salariés d’Audika, d’Amplifon ou des franchisés de différents réseaux, comme Afflelou.

Certaines enseignes, comme Audition Santé ou Audika sont détenues par des fabricants d’appareils auditifs, comme Phonak et Oticon. D’autres réseaux sont détenus par des mutuelles, comme Audition Mutualiste, et proposent des tarifs d’appareils auditifs plus abordables. La situation est similaire pour les réseaux d’audioprothésistes affiliés à des complémentaires santé.

Finalement, peu importe l’audioprothésiste que vous choisirez. La réussite de l’appareillage se base sur les compétences et l’écoute des personnes qui vous accompagneront.

3. Proximité et disponibilité

Enfin, on vous recommande de prêter une certaine attention à la proximité et à la disponibilité de votre audioprothésiste. Face à une urgence (problème de réglage, panne inattendue), il est impératif de pouvoir rapidement réagir. Pour cela, il faut que ce professionnel se trouve à bonne distance de votre domicile et qu’il dispose d’horaires d’ouverture qui vous conviennent.

Il n’existe pas encore de système indépendant d’évaluation des audioprothésistes. Afin de choisir celui qui vous convient le mieux, basez-vous sur la réputation et les retours que les associations de personnes malentendantes ou que certains de vos proches équipés d’appareils auditifs peuvent vous faire.